Une vie démente de Ann Sirot et Raphaël Balboni
Une vie démente de Ann Sirot et Raphaël Balboni

press to zoom
Une vie démente de Ann Sirot et Raphaël Balboni
Une vie démente de Ann Sirot et Raphaël Balboni

press to zoom
Une vie démente de Ann Sirot et Raphaël Balboni
Une vie démente de Ann Sirot et Raphaël Balboni

press to zoom
Une vie démente de Ann Sirot et Raphaël Balboni
Une vie démente de Ann Sirot et Raphaël Balboni

press to zoom
1/3

Trentenaires, Alex et Noémie voudraient avoir un enfant. Leurs plans sont chamboulés quand Suzanne, l’élégante et charismatique mère d’Alex, perd peu à peu les pédales. Comportements farfelus et dépenses absurdes, Suzanne la maman devient Suzanne… l’enfant. Drôle d’école de la parentalité pour Alex et Noémie. 

UNE VIE DÉMENTE realisateurs .jpeg

UNE VIE DÉMENTE

COMPÉTITION / BELGIQUE /1H27

Synopsis

Interprètes

Jo Deseure, Jean Le Peltier, Lucie Debay, Gilles Remiche...

Les réalisateurs :
Ann Sirot
et Raphaël Balboni

Le duo Ann Sirot & Raphaël Balboni se forme en 2007 autour du court métrage Dernière Partie, un thriller décalé qui pose les bases de l’univers qu’il développera dans ses films courts suivants : Juste la Lettre T (2009), La Version du Loup (2011), Fable Domestique (2012). Un univers étrange, un cinéma hybride à l’onirisme délirant et joyeux. Avec Lucha Libre (2014), Ann Sirot et Raphael Balboni innovent en construisant leur scénario autour des comédiens, à partir de scènes non dialoguées au préalable et d’improvisations travaillées en répétition. Avec la même méthode, ils réalisent Avec Thelma, récompensé́ dans de nombreux festivals à travers le monde et Magritte du meilleur court métrage en 2018. Une vie démente est leur premier long métrage.

Les échos du directeur artistique

Les films sur Alzheimer ou la démence forment presque un sous genre au cinéma. Et ils répondent souvent aux mêmes règles. Pas Une vie démente. Ce premier film d'Ann Sirot et Raphaël Balboni aborde le sujet avec une fantaisie inhabituelle, sans pour autant masquer les difficultés à vivre avec une personne âgée dépendante. Comme si les auteurs avait décidé de filmer cette histoire d'un point de vue lumineux. Il y a beaucoup d'amour et de tendresse dans ce film et ça fait un bien fou. En plus il y a trois beaux interprètes, Lucie Debay (vu l'an passé au Festival dans A la folie), Jean Le Peltier et Jo Deseure, fabuleuse en mère qui perd la boule. ,  

Montage image : Sophie Vercruysse, Raphaël Balboni

Montage son : Julien Mizac

Production : Helicotronc - Julie Esparbes

Coproduction : L’oeil-Tambour - Ann Sirot & Raphaël Balboni

Distribution : Arizona distribution

Équipe

Réalisation : Ann Sirot & Raphaël Balboni

Scénario : Ann Sirot & Raphaël Balboni

Image : Jorge Piquer Rodriguez

Son : Bruno Schweisguth, Marie Paulus, Ophelie Boully

Décors : Lisa Etienne

Costumes : Frederik Denis