Rose d'Aurélie Saada
Rose d'Aurélie Saada

press to zoom
Le voleur de Louis Malle
Le voleur de Louis Malle

press to zoom
Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne
Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne

press to zoom
Rose d'Aurélie Saada
Rose d'Aurélie Saada

press to zoom
1/8

FRANÇOISE FABIAN,
LA VIE EN ROSE

« 2008. On me propose un travail qui ne se refuse pas : faire les interviews pour le making of de Un homme et son chien, nouveau film de Francis Huster et surtout dernier film (en date du moins) de Jean-Paul Belmondo. L'idée de rencontrer le grand Bebel l'emporte sur l'intérêt pour le film. Ce que tout les acteurs présents sur le tournage, comme Hafsia Herzi, Jean Dujardin ou José Garcia ont du se dire. Sans compter les amis de Belmondo. Parmi eux, sa camarade du Conservatoire, Françoise Fabian. Je me suis donc retrouvé face à la fabuleuse actrice de La bonne année  de Lelouch, du Voleur de Louis Malle, de Ma nuit chez Maud de Eric Rohmer, de Trois places pour le 26 de Jacques Demy. Laquelle a égrainé volontiers ses souvenirs de cinéma avec Belmondo. Et moi, je l'écoutais le coeur battant.

La femme comme l'actrice sont d'une telle classe qu'il est difficile d'être insensible à son charme. A sa verve. A son énergie. A sa jeunesse.  Pourtant elle a débuté sa carrière en 1956 dans Les mémoires d'un flic de Pierre Foucaud... Depuis elle n'a cessé de tourner, pour le cinéma plus de 70 films, pour la télévision, une trentaine, ou de jouer au théâtre dans presque 40 pièces. Récemment, elle a même enregistré un album avec Alex Beaupain sobrement intitulé Françoise Fabian. Magnifique.

Et la voici aujourd'hui toujours aussi rayonnante dans un de ses plus beaux rôles, de ses plus grands rôles : Rose. L'héroïne du premier film comme réalisatrice d'Aurélie Saada. Le portrait d'une femme qui s'autorise de vivre après avoir perdu son mari à 78 ans. Françoise Fabian y est absolument sublime. Comme elle la toujours été. Comme elle le sera toujours.

C'est donc un immense honneur pour le Festival de la recevoir. Et je dois avouer qu'à l'idée de la rencontrer à nouveau, j'ai le coeur qui bat la chamade. »

Patrick Fabre / Directeur artistique

FRANÇOISE FABIAN © Christophe Roué.png