Bonsoir monsieur d'Antoine Chappey
Bonsoir monsieur d'Antoine Chappey

press to zoom
Bonsoir monsieur d'Antoine Chappey
Bonsoir monsieur d'Antoine Chappey

press to zoom
1/1

9 avril 2020. Premier confinement. Antoine n'arrive pas à joindre son père. Inquiet, il saute dans un taxi...

Antoine Chappey_b2b9c2f729.jpeg

BONSOIR MONSIEUR

FRANCE / 12'00

Synopsis

Interprètes

Antoine Chappey, Ferdinand Chappey

Équipe

Réalisation : Antoine Chappey

Scénario : Antoine Chappey

Image : Pascal Caubere

Montage : Thomas Marchand

Monteur Son : Aymeric Delvodere

Mixeur : Florent Lavallee

Production : Yse Productions

Les échos du directeur artistique

J'adore Antoine Chappey, le comédien vu dans les premiers films de Cédric Klapisch, plus dernièrement dans Le sens de la fête de Nakache et Tolédano ou ils sont vivants de Jérémie Elkaïm, et bien sur dans Le sens de l'humour de Marilyne Canto qui avait été présenté à Saint-Jean-de-Luz. J'avais découvert dans un festival son premier court métrage, Elle est où la dame ?, film singulier, un peu maladroit, dans lequel il évoquait l'enterrement de sa maman. Dans Bonsoir monsieur, on retrouve la singularité du regard d'Antoine, mais le style s'est affirmé. Entre humour noir et mélancolie, Antoine raconte avec élégance ce triste épisode de sa vie et c'est terriblement touchant. Avec ce deuxième court métrage il a trouvé sa voie de cinéaste. 

Le réalisateur :
Antoine Chappey

D'abord musicien, Antoine Chappey fait ses débuts au cinéma dans Mona et Moi de Patrick Grandperret. Il y incarne un bassiste bouquiniste, activités qu'il exerce alors dans la vie. Enchaînant avec de petits rôles chez Klapisch, il est l'un des héros farfelus de La Nage indienne, le premier film de Xavier Durringer. Le comédien livre ensuite des compositions très remarquées, comme celle inquiétante, dans Le Rocher d'Acapulco (1993), ou l'autre désopilante dans le vaudeville Pour rire ! de Lucas Belvaux (1994)... Silhouette familière du cinéma d'auteur français, Chappey se voit aussi confier de beaux personnages par le maître du cinéma portugais Manoel de Oliveira : émouvant M. de Clèves dans La Lettre, il est l'agent de Michel Piccoli dans Je rentre à la maison. On ne compte plus depuis les films où il a joué, avec les plus récent Le Sens de la fête de Nakache et Toledano ou Ils Sont Vivants de Jérémie Elkaim. Bonsoir Monsieur est son deuxième court métrage en tant que réalisateur.